Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 12:20

Mon mari maintenant qu'il travaille dans mon salon a un accueil plus adapté à la clientèle masculine que je ne pouvais le faire. 

Mon mari est toujours avec une cravate au salon. Lorsqu'un client vient en portant une cravate, avant que celui-ci s'assoit dans le fauteuil pour se faire laver les cheveux, il lui demande si avant de pencher la tête dans le bac il souhaite qu'il lui mette à l'aise le cou en lui ouvrant le col. 

Honnêtement je n'avais jamais pensé que le fait d'avoir la tête en arrière vous tendait le cou et donc vous le resserrait si vous portiez un col boutonné et ajusté. 

Presque à chaque fois les hommes acceptent et donc mon mari desserre la cravate et déboutonne le col de chemise des clients encore debout au regard de l'ensemble des clients (es).

Les premières fois que cette situation a été rencontré avec des clients habitués, je me suis excusé de ne jamais y avoir pensé. Ils me disent qu'ils comprennent car c'est un probléme d'homme.

Il est vrai que normalement, pour réaliser la coupe nous passons une serviette dans le col afin de ne pas faire rentrer les cheveux coupés sous les vétements. Jusqu'a présent pour les hommes cravatés, je n'inssérrait pas la serviette à l'intérieur du col car l'espace est trop faible ou inexistant entre le col et le cou. Il m'est cependant déjà arrivé de le faire pour les homme portant des cols amples.

Une fois que la coupe est terminée, aprés avoir retiré la serviette et montré la nuque au miroir. Mon mari demande systématiquement si il reboutonne le col et réajuste la cravate. Pour les clients venant en cours de journée la réponse est toujours favorable, pour ceux venant après la journée de travail la réponse est aléatoire.

Quelle expérience avez vous vécu en vous rendant dans un salon de coiffure cravaté ?

A bientôt

Stella

Repost 0
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 07:56

Voici le message d'un nouvel homme élègant.

Bonjour,

Je tiens â vous faire partager ma nouvelle expérience de nouvel homme élègant. J'ai 23 ans, ma copine et moi avons été invités à un baptéme. Ma copine à voulu me faire porter une cravate. J'ai du lui avouer que je n'en n'avais jamais porté. Elle a compris, mais a 23 ans je dois passer d'ado à homme. Porter une cravate en est en autre un passage. J'ai donc du me renseigner sur cet accessoire, principalement sur comment faire un noeud. Il est vrai que je me suis senti un peu béte de ne pas le savoir à mon age.

Je me suis étonné de voir l'élégance que pouver me donner le couple chemise cravate. Je ne me reconnaissait pas ! Impressionant !

Personnellement, je ne me suis pas senti le cou serré. Cependant, je ressentais la pressence proche entre le col de chemise et mon cou. Cette présence n'est pas génante mais change la sensation que l'on peut avoir par rapport aux tee shirts habituellement portés. C'est même rassurant, je me suis senti protégé.

Ma copine, comme moi avons très apprécié l'élègance de ma tenue. Je suis prêt à renouveller. En tout cas les articles et les commentaires du blog sont très enrichissants.

Ben

Repost 0
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 13:19

Bonjour,

Depuis le courant du mois de juin j'ai beaucoup plus de mal à me motiver pour mettre mes nouvelles chemises, certes elles me vont bien mais je ressent l'encolure trés présente m'entourer le cou. 

Je pense prochainement me motiver pour les soldes pour mettre à niveau mon dressing pour ne posséder que ces chemises comme me l'ont suggéré bob et stella. Les anciennes chemises je les donnerai.

Pensez vous que c'est le mieux à faire ?

A bientôt

Damien

Repost 0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 09:46

Comme tous les lundi depuis le début de cette année j'ai décidé de faire des efforts de manière à être comme mon collaborateur en potant des chemises à l'encolure ajustée et au pied de col haut. Je vous ai fait part que le lundi était la journée la plus difficile pour moi à supporter mon cou sous pression.

De ce fait un lundi de mai où il faisait beau j'ai des amis qui m'ont donné rendez vous pour boire un verre en sortant du travail. De ce fait, après cette journée sous pression et n'ayant pas envie de me sentir plus longtemps serré comme je le fait parfois je me décide de déssérrer ma cravate afin de déboutonner mon col.

Lorsque nous nous sommes assis, j'ai eu une remarque : "ça ne va pas ? Ton cou est rouge !" Ils me disent rapidement: " tu viens de déssérrer ta cravate ? " Je leur répond oui. Ils ont compris que mon col méttait mon cou sous pression toute la journée et que cela était visible. Il est vrai qu'en allant me voir dans un miroir j'ai pu constater qu'il s'agissait bien de la marque de mon col sur mon cou. Il était bien visible la forme du col, du rassemblement des parties gauche et droite du col au centre de mon cou. Il m'ont dit quel courage de supporter cela.

 

La seule possibilité consiste belle et bien de rester viril jusq'au bout en restant élègant le col fermé.

 

Avez vous pu constater une telle rougeur sur votre cou en ouvrant votre col ?

 

A bientôt Damien

 

Repost 0
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 13:07

Bonjour à toutes et à tous,

 

depuis mon dernier article je suis retourné dans la boutique pour acheter une 3éme chemise. Je suis passé à la boutique en sortant du travail un mardi. J'ai retrouvé le même vendeur que la dernière fois, je lui ai donc expliqué que je voulais une chemise à l'identique des 2 premières. Cependant que j'avais eu un peu de mal à prendre l'habitude de porter un tel col en le portant fermé. Il me dit que la plupart des hommes qui achétent un col à 2 boutons le portent en général ouvert et qu'il est plutôt rare de le voir porté boutonné cravaté même si cela me va très bien. Si les hommes portent une cravate avec ce type de col il le porte en général ouvert.

Il me dit de d'essayer une taille au dessus, cela serait peut être bien aussi. Il a été plutôt étonné de mon refus et donc de mon souhait de rester ainsi sérré. Un peu moins lorsque je lui ai dit que j'ètais chef d entreprise et que mon collaborateur portait ses chemises de la sorte et que je souhaitait en faire de même. Il a été admiratif de l'élégance souhaitée avec virilité.

J'ai donc acheté ma 3 éme chemise de ce modéle, je la porte le mercredi et ce jour là est en effet plus aisé pour moi que le lundi et mardi. Enfin, je ressent tout de même mon cou sou pression toute la journée.

A bientôt Damien

Repost 0
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 09:44

Bonjour à toutes et à tous,

 

Merci de m'avoir conseillé de porter mes 2 chemises à l'encolure ajustée et haute 2 jours de suite plutôt que réparties sur la semaine, car le mardi je me sens plus habitué à ma tenue.

Je ressent plus le regard des femmes sur moi ainsi que celui des hommes, c'est très agréable de se sentir un peu comme admiré. Le regard se porte de temps à autre sur le col de chemise et le noeud de cravate. Il est vrai que mon noeud est beau avec ce col car il est plus visible, il se dirige vers l'avant plutôt que de tomber directement sur ma poitrine lorsqu'il s'agit d'un col bas. De plus, le noeud est visible dans son intégralité car il n'est pas caché par le col.

Je pense prochainement acheter  une autre de ces chemises à col haut et ajusté, pour la porter le mercredi.

PS : mon collaborateur est toujours aussi impeccable.

 

A bientôt Damien

Repost 0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 08:53

Bonjour à tous,

 

Pour faire suite aux derniers articles sur mon collaborateur et moi même au sein de mon entreprise obligeant le port de la cravate à mon collaboteur. Celui-ci aimant cela, il porte toujours ses cols ajustés et haut contrairement à moi.

En ce début d'année, je me suis acheté 2 chemises à col 2 boutons ajustés de maniére à me mettre à son niveau. J'en porte une tous les lundi car nous sommes ensemble toute la journée pour faire le point sur le passé et le futur, de plus nous déjeunons ensemble. Depuis la 2éme semaine de janvier cette journée est toujours aussi serrée pour mon cou. Par contre, le mardi je me sens comme sans cravate comme je porte mes chemises habituelles.

Le lundi, je sens mon cou plus rigide à l'étroit et la pause déjeuner est difficile pour moi. Le lundi j'essaye de finir ma journée plus tôt ou alors de déboutonner mon col une fois mon collaborateur parti.

Pensez-vous que je vais m'y habituer car mon objectif est bien de mettre au quotidien des cols identiqies à celui ci pour me mettre a niveau de mon collaborateur ?

 

A bientôt

Damien

 

 

Repost 0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 12:53

Pour l'achat de sa tenue je suis directement allé à l'essentiel c'est à dire la chemise et la cravate car ce sont ces deux éléments qui sont le plus compliqué pour l'homme.

 

Nous sommes donc allés dans un magasin ou ils ne vendaient uniquement ça. La vendeuse nous demande quel type de chemise nous cherchons. Je lui ai dit une chemise blanche avec un beau col permettant d'y loger un gros noeud de cravate qui lui mette en valeur son cou et sa pomme d'adam.

La vendeuse nous montra un col italien, elle lui demande sa taille de col en disant 38 ? Il lui répond, habituellement je mets du 39/40. Elle lui dit nous avons des cols au centimétres pret ici. Il enfilla la chemise en 38 comme la vendeuse le suggéra. En sortant de la cabine il n'avait pas boutonné son col, je lui dit c'est pour mettre avec une cravate il faut que tu boutonnes ton col. La vendeuse le fit et lui dit, votre encolure vous va bien. Il répondit que ça lui serrait le cou. Je lui dit non ça devrait aller car il l'épouse à merveille.

Je suis donc passé au choix de la cravate et dit à la vendeuse "vous pourriez lui montrer comment faire un noeud de cravate car il ne sait pas faire. Elle lui montra pendant environ 30 minutes entrain de passer le grand pan et petit pan de part et d'autre de manière à ce qu'il apprenne à faire un noeud windsor.

Il était magnifique !

Pour le choix du costume je l'ai laissé choisir ce qu'il voulait car l'essentiel (chemise + cravate) était choisi par moi même.

 

A bientôt Stella

Repost 0
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 22:48

Pour répondre au précédent article, je propose :

  • De porter une cravate le plus souvent possible pour s'y habituer
  • D'apporter un peu de difficulté dans la mise à nu de son cou en compliquant l'ouverture du col :
    • Ne pas faire de noeud simple opter plutôt pour un double Windsor qui glisse un peu moins facilement
    • Porter des col à double boutonnage plus difficile à dėboutonner et donc plus gênant de le faire en public
    • Porter des cols anglais ou pin collar également difficile à déboutonner et en plus très inélegants une fois ou vers
    • Porter des noeuds papillons prénoués difficiles à enlever soit même

À bientôt

Repost 0
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 14:16

Voici la suite de notre bloggueur qui a conseillé Damien :

Le dernier article porte sur mon expérience du port de cravate avec obligation dans le règlement intérieur de mon entreprise. Je vous précisé que mon patron me demandait de diminuer la taille de mon encolure.

En effet, l'ensemble de ma garde robe à été renouvellée par mon entreprise avec 1 cm de moins pour l'aisance de mon cou. Je tiens à rassurer "bob" sur le fait que je ne me sens pas étranglé mais plutôt ajusté. Je ressens une rigidité sur le bas de mon cou, de ce fait je suis plus droit dans ma posture. Peut-être plus viril comme le suggérait Marc. Finalement, je me sens bien ainsi, oui le rendu est plus esthétique comme le voulait mon patron car il n'y a pas de place entre mon col et mon cou. Je ne regrette pas cet ajustement.

Repost 0